Accueil
>
Découvrir
>
Appellation
> Appellation Côtes de Provence

Appellation Côtes de Provence


Pays : France

Région : Provence

Type : AOP


DESCRIPTION

Historique
Au VIe siècle avant J.-C., les Phocéens introduisent la culture de la vigne en Provence autour de Massilia (Marseille), Nikaïa (Nice), Antipolis (Antibes) et Anthénopolis (Saint-Tropez).
Après la chute de l'Empire Romain, la culture de la vigne s'étend en Provence du VIe siècle au XIIe siècle, sous l'influence des grands ordres monastiques : Abbaye Saint-Victor à Marseille, Saint-Honorat aux Iles de Lérins, Abbaye bénédictine Saint-Pons à Nice et Abbaye cistercienne du Thoronet.
Au XIVe siècle, de grandes familles nobles et des officiers de l'armée royale acquièrent et gèrent de nombreux vignobles et bâtissent les fondations de la Provence viticole moderne.
En 1895, le nom Côtes de Provence voit le jour. Une commission d'experts entreprend en 1951 la délimitation du terroir des Côtes de Provence.

Zone d'appellation
L'appellation Côtes de Provence s'étend sur plus de 20 000 ha sur 3 départements : le Var, les Bouches du Rhône et une enclave dans les Alpes Maritimes, qui regroupe 84 communes.

Géologie
Le terroir de l'appellation Côtes de Provence est d'une géologie complexe. Deux grands ensembles géologiques coexistent dans les Côtes de Provence : l'un calcaire, au Nord et à l'Ouest et l'autre cristallin au Sud et à l'Est. Toute la zone Ouest et Nord des Côtes de Provence est constituée d'une alternance de collines et de barres calcaires sculptées par l'érosion. Plus à l'Est, face à la mer, affleurent les massifs cristallins des Maures et de l'Estérel. Cet ensemble cristallin est formé partiellement de roches d'origine éruptive.

Climat
En plus d’une géologie et des paysages particulièrement variés, le vignoble bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel, d’un climat chaud et sec, et du Mistral, grand ami de la vigne car il éloigne les maladies.

Terroirs
La zone de production de l’appellation Côtes de Provence s’étend sur 3 départements : le Var, les Bouches du Rhône et une enclave dans les Alpes Maritimes. Conséquence de l’étendue et de la variété du terroir : il n’existe pas un mais plusieurs types de Côtes de Provence ayant chacun sa personnalité géologique et climatique.
Cinq grandes zones naturelles constituent l’appellation; dans celle-ci sont délimitées deux dénominations de terroir (terroirs et vins de typicités particulières) : Sainte-Victoire et Fréjus.
- la Bordure Maritime : terrains cristallins sous influence maritime dont fait partie la toute nouvelle dénomination de terroir Côtes de Provence Fréjus.
- la Vallée Intérieure, qui contourne le massif des Maures avec des terres argilosableuses de l’ère primaire.
- les collines calcaires du Haut Pays.
- le Bassin du Beausset, constitué de terrains calcaires.
- la montagne Sainte Victoire, qui a fait l’objet d’une récente reconnaissance en dénomination de terroir “Côtes de Provence Sainte-Victoire”.

Encépagement
En choisissant leurs cépages, les vignerons des Côtes de Provence ont souhaité rester en harmonie avec le terroir, respecter la typicité du vignoble, et l’équilibre des
composantes du vin. En rouge et rosé, les cépages principaux sont : grenache, syrah, cinsault, cabernet sauvignon, carignan, mourvèdre, tibouren. En blanc : rolle, sémillon, ugni-blanc et clairette.
Les vins Côtes de Provence sont des vins issus d’assemblage, très ancienne tradition et technique vigneronne, qui consiste à vinifier séparément chaque cépage, pour assembler ensuite les vins obtenus. Cette pratique permet de disposer de vins équilibrés, présentant les qualités de chacun des cépages.

Chiffres clés
AOC Côtes de Provence
Superficie : 20 000 ha
Production : 130 millions de bouteilles (900 000 hl)
Dont rosés : 84%, rouges : 13% et blanc : 3%
La filière viticole :
355 caves particulières
48 caves coopératives
59 sociétés de négoce
Rendement maximal autorisé : 55hl/ha
Rendement moyen : 47 hl/ha

Les vins rosés
Les vins rosés ont la couleur rose pâle très lumineuse si caractéristique des Côtes de Provence. D’une grande complexité aromatique, avec des notes de fruits frais, de fruits exotiques, des notes florales mais aussi d’épices et aromates, les vins rosés offrent en bouche un bel équilibre acidulé qui allie fraîcheur et rondeur.
A servir entre 8 et 12 °C.

Les vins rouges
Selon le cépage, le terroir, le climat et en fonction des choix du vigneron, sont privilégiées la fraîcheur ou l’aptitude au vieillissement. On pourra ainsi découvrir des vins friands et souples aux parfums de petits fruits rouges ou de fleurs ; on pourra trouver aussi des crus charpentés d’un rouge généreux, vieillis plusieurs mois en foudres ou barriques de chêne, des vins de garde qui développeront avec l’âge, leurs velours et leurs saveurs profondes.
A servir entre 16 et 18 °C.

Les vins blancs
Les vins blancs, traditionnellement “blanc de blanc” (vinifiés uniquement à partir de cépages blancs), offrent de belles couleurs or pâle aux reflets verts à dorés.
Leurs spécificités reposent sur un équilibre délicat entre fraîcheur et gras qui leur confère une belle harmonie.
A servir entre 6 et 8°C.

Source : CIVL


guillementAppellation Coteaux Varois en Provence
Appellation Côtes de Provence Fréjusguillement
mets

Accords mets et vins

Ou


Sondage

Sondage

Ou achetez-vous généralement votre vin ?





Résultats

Suivez-nous

Facebook Twitter RSS