Accueil
>
Découvrir
>
Appellation
> Appellation Moselle - AOVDQS

Appellation Moselle - AOVDQS

image 1 Moselle - AOVDQS

Pays : France

Région : Alsace et Lorraine

Type : AOP


DESCRIPTION

image 2 Moselle - AOVDQSHISTOIRE

1- La viticulture mosellane et son héritage romain
II semble que la vigne fut introduite en France par les Grecs et qu'elle se soit propagée vers le nord et le long des vallées du Rhone, de la Saône, de la Meuse, du Rhin et de la Moselle, colonisant ainsi toute la région Lorraine.
A partir du IIIerne siècle, Trèves, cite mosellane, fut choisie par les romains comme capitale de 1'Empire d'Occident. Elle représentait ainsi, un lieu d'échanges importants, un pole économique et eut de ce fait, un rôle moteur dans 1'expansion de la vigne dans la région. De plus la culture de la vigne nécessitait une main d'oeuvre importante, elle va donc d'autant plus se développer dans les régions où il existait une population importante. Des vignobles urbains se sont alors mis en place autour de Trèves, Metz, Toul et Verdun la ville étant le lieu de consommation de vin par excellence.

Les grands vignobles septentrionaux constituent des enjeux politiques. Lors du partage de Verdun, en 843, entre les héritiers de Charlemagne, les frontières sont tracées de telle sorte que chacun des trois frères en possède un.

2- La viticulture mosellane et son héritage médiéval
En Moselle, la vigne est cultivée sans discontinuité de 1'Antiquite au Moyen Age, essentiellement par 1'intermediaire des siéges épiscopaux et des grands établissements monastiques. Les châteaux seigneuriaux furent également des pôles d'attraction pour les vignobles, relativement tôt dans le Moyen-Age.

Le vin, utile à la pratique du culte, est un symbole social fort. La possession de vignes confirme un rang important dans la société. Comme le précise Roger Dion « L'évêque devient le premier viticulteur de la cite. Ainsi les évêques de Toul, Metz, Verdun étaient à la tête d'une église bien dotée en vigne ». Au cote des institutions religieuses, les familles nobles étaient également de gros propriétaires viticoles (Comtes de Vaudémont, Dues de Lorraine...) et participèrent a 1'elaboration de la réputation des vins de Lorraine par-delà les frontières.

3- Vers 1860, I'apogée du vignoble
Au moment de la révolution, la vigne était cultivée partout ou elle pouvait 1'etre. En 1833, la vigne occupait en Lorraine 34 000 ha (a titre d'exemple l’Alsace a cette époque en comptait environ 24 000 ha).

4- Fin du XIXe siècle, déclin du vignoble
- L'apparition de nouvelles maladies entraîne une révolution dans les techniques viticoles :

A la fin du XlXeme siècle, les maladies comme 1'oTdium et le mildiou touchent de plus en plus le vignoble. Le phylloxera fait son apparition en 1866 dans la région de Metz et petit à petit, les autres régions lorraines vont en être les victimes. En 1902, les autorités allemandes créent la station expérimentale de Laquenexy afin de tenter de résoudre les problèmes de phylloxera.

La vigne demande alors plus de travail à cause greffes, plus de connaissances pour les différents traitements contre les maladies. La production diminue aussi de manière considérable. De plus, les années du début du siècle se soldent par des mauvaises récoltes ce qui décourage plus d'un vigneron et en partie, les viticulteurs qui s'apprêtaient à reprendre des exploitations. En contrepartie, les viticulteurs qui restent, plantent de nombreux hybrides, forts productifs mais donnant des vins de qualité médiocre.

La Moselle a beaucoup souffert de ce problème à la sortie de la guerre. En effet, pendant la première guerre mondiale, elle était annexée par l'Empire Germanique qui ne protège guère les vins naturels. En 1919, à la fin de la guerre, les vins locaux sont incapables de rivaliser avec les autres vins fran9ais.

Les évolutions réglementaires accroient aussi cet écart : La loi du 4 juillet 1931 institue des déclarations de récolte obligatoires, en 1934 on interdit toute plantation nouvelle de vigne sauf pour la consommation familiale et les raisins de table, en 1935, un comite de contrôle est mis en place. Très peu de cépages nobles ont été replantes.
- L'essor de 1'industrie et la guerre provoquent une pénurie de main-d'oeuvre :
La guerre de 14-18 a de graves répercussions sur le vignoble. La pénurie de main-d'oeuvre se fait ressentir pendant la guerre et au lendemain de celle-ci, la jeunesse préfère aller travailler en ville ou 1'industrialisation est galopante.
- La perte de marches importants et la concurrence accrue des vignobles méridionaux :

Depuis la fin du XlXeme siècle, un échange commercial et technique avait lieu entre le vignoble champenois et le vignoble de Moselle. Les champenois venaient acheter leur vin sous pressoir pour le transformer en Champagne. Cet échange commercial s'est termine en 1910 a la suite de la création de 1'appellation Champagne. Cependant, l'echange technique s'est poursuivi grâce à la présence, en Lorraine, de grands domaines produisant un vin mousseux qui était en grande partie exporte vers l'Allemagne.

En 1924, les Allemands concluent un traite préférentiel avec l'Espagne pour I'achat des vins ce qui coupe la région, d'un débouche principal. La perte du marche allemand ne sera jamais compensée par le marche fran9ais ; celui-ci est déjà engorge par une surproduction nationale. En un siècle, le vignoble du Languedoc a double sa surface de production. Les années trente voient enfin arriver en masse les vins algériens. Le développement des voies de chemin de fer font que les vins du midi deviennent concurrentiels.

5- A partir des années cinquante, une dynamique nouvelle : 1'accession a 1'AOVDQS
La renaissance est due à la volonté et la mobilisation d'une poignée de viticulteurs mosellans. L'arrête du 10 novembre 1946 classe les vins de Moselle en VDQS dans le cadre de la réglementation des prix. C'est en 1951 que le statut actuel est acquis.

LE VIGNOBLE

Situation
Une délimitation de 922 ha, repartis sur 19 communes.
Le vignoble de Moselle se repartit sur trois pôles principaux. Distants d'une cinquantaine de kilomètres
- La région de Vic-sur-Seille a Test de Metz,
- Le pays Messin.
- Le Val de Sierck-les-Bains situe a 1'extreme nord de la Moselle française, zone frontalière de l'Allemagne et du Luxembourg.

Géologie
La structure géologique du terrain mosellan, fait d'une succession d'affleurements orientes nord sud, aboutit à un paysage rythme de cotes. Trois éléments topographiques sont plusieurs fois répétés d'ouest en est: plaine, cote, plateau (relief de cuesta). Ces expositions sont très favorables aux vignes puisqu'elles jouissent d'un ensoleillement matinal optimum.
Le substratum géologique de I'aire délimitée des vins de Moselle comprend principalement le plateau liasique, jurassique et triasique qui forme la bordure orientale du plateau lorrain.

Climat
Le climat mosellan se caractérise par la combinaison d'influences continentales et océaniques qui déterminent des contrastes thermiques accuses entre I'été et 1'hiver et une répartition des pluies a peu près homogène tout au long de Pannee (climat océanique de transition).

Les températures
La température moyenne annuelle varie autour de 10°. Sa valeur modérée marque des variations saisonnières marquées.
En hiver, les températures moyennes mensuelles sont toujours inférieures a 10°, mais les minima mensuels ne descendent que rarement sous -10°. On peut compter environ 71 jours au cours desquels la température est inférieure ou égale à 0°. Les périodes de gels consécutifs persistent rarement au delà de quelques jours, mais ces gelées ne sont pas exclues au printemps et peuvent se produire jusqu'en mai. Elles accompagnent alors les coulées d'air froid arctique.

En etc., les températures moyennes mensuelles varient entre 15° et 20°. Les températures moyennes maximales sont les plus élevées en Juillet et atteignent ou dépassent 25°. Mais elles ne montent que rarement jusqu'a 30°.

Les précipitations
La station climatologique de Metz Frescaty re9oit en moyenne par an 700 mm de pluie et est caractéristique du secteur central de la Lorraine. Celle-ci se distingue par des précipitations relativement faibles. 1'existence des cotes de Moselle ne modifie pas la pluviométrie à Pechelle régionale. Ce creux pluviométrique semble lie a 1'existence d'une zone de subsidence dynamique en liaison avec le massif vosgien et de 1'abri des cotes de Meuse par rapport aux flux du sud-ouest les plus pluvieux. Cette situation contribue à faire du vignoble Mosellan le secteur le moins pluvieux de la région.
Au cours du semestre froid, une partie des précipitations tombe sous forme de neige. II neige environ 30 jours par an. Le couvert neigeux persiste au sol pendant 18 jours. Les variations saisonnières sont faibles. Le caractère continental du climat mosellan apparalt dans le maximum estival. Ces précipitations ont peu d'impact au niveau du sol alors protége par la végétation. Le ruissellement superficiel est rare. Le caractère océanique se dessine dans un deuxième maximum hivernal. Les quantités d'eau (peu différentes de celles de I'été) provoquent des crues ainsi qu'un ruissellement important sur les sols nus souvent satures en eau ou partiellement gelés.
Le printemps et 1'automne, soumis aux effets de la circulation méridienne sont légèrement moins arroses.
La vigne mosellane localisée sur les pentes les mieux exposées (sud et sud-est) profile des conditions optimales d'ensoleillement. En outre, la pente amplifie les avantages de I'insolation par une incidence des rayons du soleil plus propice a une maturation optimale. II convient enfin de noter que les cépages utilises dans la région sont de nature précoce.

Production
Nombre de communes de 1'aire de production : 19
Superficie globale des communes de 1'aire SAU : 13454 ha
Superficie de 1'aire délimitée : 922.13 ha
Superficie plantée dans 1'aire actuelle, en production : 94 ha
Surface revendiquée par des producteurs fran9ais, en production : 54 ha
Surface revendiquée en VDQS : 46 ha
Surface revendiquée en Vin mousseux de qualité : 8 ha
Surface de jeunes vignes : 4 ha
Surfaces attribuées : 2.50 ha
Cépages d'appellation : auxerrois, pinot gris, muller Thurgau, pinot blanc, riesling, gewurztraminer, pinot noir et gamay
Rendement maximum labellisable (HL/Ha) en 2006 : 73 (blanc et rose) 60 (rouge)

Encépagement
L'Auxerrois :
Ce cépage est particulièrement bien adapte a la région, il d'ailleurs été sélectionne pour la première fois a la station de Laquenexy (57) par le Dr Werner en 1904.
Cépage précoce au rendement régulier, il donne des vins au nez floral et fruite, évoluant avec Page vers les fruits secs. Goût de fume délicat lorsqu'il est vendange bien mur.

Le Pinot Gris :
Cépage précoce, donne des vins de structure solide et de grande richesse aromatique.

Le Pinot Blanc :
Ce cépage vigoureux au débourrement précoce donne des vins légers. aux aromes fruites.

Le Muller thurgau
Ce cépage vigoureux au débourrement précoce donne, si le rendement est bien maîtrise, des vins aux aromes très fins, intenses, frais et floraux. Doit être consomme jeune.

Le Riesling :
Assez productif et tardif

Le Gewurztraminer:
Cépage vigoureux au débourrement précoce, sert à la production de vins moelleux au parfum puissant, très types, secs, peu acides.

Le Pinot Noir :
Ce cépage assez vigoureux, tardif et délicat demande du temps pour bien mûrir. II préfère les sols des cotes argilo-calcaires. Les vins issus de ce cépage présentent une belle couleur, possédant un bouquet très agréable, qui reste longtemps en bouche.

Le Gamay :
Ce cépage vigoureux, débourre assez tôt. Donne un vin rouge vif, intense, limpide et brillant aux notes aromatiques flatteuses.

LES VINS DE L'APPELLATION
Les vins sont produits uniquement à partir 8 cépages définis précédemment.
Le pinot noir, 1'auxerrois et le pinot gris représentent la base du vignoble (83% de Fencepagement).
Le gamay, le muller thurgau, le pinot blanc, le riesling et le gewurtraminer participent à la complexité des vins.
Les vins produits sont des vins blancs, rouges et roses.
La typicité des vins de Moselle n'est pas traitée a travers le décret AOVDQS Moselle qui ne précise aucun cadre de production en dehors des cépages autorisés.
Afin de répondre aux exigences de 1'AOC, le syndicat a engage dans un travail de caractérisation des vins de Moselle.
Sur la base de la représentativité, de la régularité et des usages partages, le syndicat a défini 7 profils de vins différents.

Les vins blancs
Ils représentent la production principale de l'Appellation Moselle et se repartissent en 5 types :
- 4 vins blancs de cépage : auxerrois, pinot gris, muller thurgau et riesling
Ces cépages vinifies en monocepage, aux caractéristiques mosellanes spécifiques, trouvent ainsi leur pleine expression.
- 1 vin d'assemblage dont la typicité est axée sur deux cépages principaux l'auxerrois et le pinot gris et 1'association de cépages accessoires Muller Thurgau, pinot blanc, gewurtraminer et riesling.

Les vins rouges
Les vins rouges et roses ont également une tradition de production en Moselle. L'analyse chimique des vins confirme une différentiation bien nette entre les vins rouges et les vins roses.
Les vins rouges sont issus du pinot noir.
L'implantation du pinot noir a fortement augmente depuis 20 ans, Ce développement a été permis par la professionnalisation des exploitations, maîtrisant la vinification de ce cépage au potentiel qualitatif intéressant.

Les vins roses
Ils sont issus du pinot noir pouvant être assemble avec le gamay (en cépage accessoire).
Les vins roses de Moselle ont une couleur rosée légèrement saumonée et un nez fruite et frais, alliant avec harmonie fruits rouges et notes florales.


Source : CVL


guillementAppellation Crémant d'Alsace
Appellation Coteaux de Coiffyguillement
mets

Accords mets et vins

Ou


Sondage

Sondage

Ou achetez-vous généralement votre vin ?





Résultats

Suivez-nous

Facebook Twitter RSS