Accueil
>
Découvrir
>
Pays
>
France
> Région Vallée du Rhône

Région Vallée du Rhône


Image 1 Vallée du Rhône
Image 2 Vallée du Rhône

GEOGRAPHIE DES TERROIRS

Richesse et diversité des terroirs
Climats, sols et cépages sont à l'origine de la typicité des vins des Côtes du Rhône. Mais plus que l'unité géographique, c'est certainement la volonté humaine qui a forgé l'Appellation, lui donnant une véritable personnalité.

Le climat
Le climat, de type méditerranéen, est marqué par le mistral, ce vent violent, nécessaire et bénéfique au développement de la vigne, né de la différence de pression atmosphérique entre les régions du nord et celles du sud. La saisonnalité très marquée des pluies, les températures chaudes et l'ensoleillement exceptionnel caractérisent également le climat de cette région.

Le sol
Le sol, est la résultante des incidences de la végétation et du climat au cours de milliers d'années. La forte personnalité du Rhône a imprimé sa marque sur l'ensemble du bassin sédimentaire, modelant les reliefs, apportant ses alluvions pour créer, de Vienne à Avignon et des Cévennes aux contreforts des Alpes, un ensemble riche et varié.

L'encépagement
De nature composite, l'encépagement est fait de variétés provenant de trois zones viticoles. Le Cinsault, la Clairette, le Bourboulenc sont des cépages nés dans les pays méditerranéens de la France. Le Grenache, le Carignan, le Mourvèdre sont venus de provinces de l'Espagne, apportés par l'homme il y a quelques deux siècles. La Syrah, la Roussanne, la Marsanne et le Viognier sont à priori issus de la vigne sauvage des forêts dauphinoises.

Entre Vienne et Valence, la vigne couvre la rive droite du fleuve dans les départements du Rhône, de la Loire et de l'Ardèche. Sur la rive gauche, elle occupe les coteaux escarpés autour de Tain-l'Hermitage. Cet ensemble de terroirs se caractérise par un sol granitique et un climat continental modéré. De Livron à Montélimar, la vigne cède le pas à d'autres cultures.

C'est après le défilé de Donzère qu'elle envahit à nouveau les deux rives du fleuve au sud de Montélimar. Déjà importante sur la rive droite dans les départements de l'Ardèche et du Gard, elle s'étale largement sur la rive gauche entre la basse Drôme et le sud du Vaucluse. Là, la vigne pousse sur les sols d'origine calcaire recouverts d'alluvions.


HISTOIRE DE L'AOC

Par vocation la Vallée du Rhône a toujours été un passage privilégié entre le monde méditerranéen et l'Europe septentrionale ou atlantique.

Dès l'Antiquité, les Grecs s'infiltrent au cœur de la Gaule où ils pratiquent des échanges commerciaux. La culture de la vigne et du vin se poursuit avec l'arrivée des Romains en 125 avant J.C.

Dès le premier siècle après J.C., la concurrence entre les vignes reprend entre l'Italie et la Gaule Rhodanienne. C'est dans ce contexte qu'il convient de dater la construction de la villa gallo romaine du Molard, à Donzère et les ateliers d'amphores de la région.

Ces amphores fabriquées sur place, servaient au transport des vins et des sauces de poisson. Ces découvertes archéologiques, alliées à une étude historique déjà ancienne, permettent de situer l'origine des Côtes du Rhône comme antérieure à bien d'autres régions viticoles françaises.

Les Romains créent la ville de Vienne, puis le vignoble de Vienne dont la renommée est grande.

Ils mettent en valeur la campagne viennoise avec d'immenses travaux de défonçage, plantation de la vigne et construction de murettes protégeant les terrasses. Les coteaux très accidentés de la rive droite séduisent les Romains - Côte Rôtie à Saint Joseph - et s'annexent plus tard ceux de la rive gauche - Hermitage - Ils font de cette région une des plus belles de la Gaule Narbonnaise. Dès le premier siècle ils ont donné l'impulsion d'un vignoble commercial.

Dès le XIVème siècle, installés à Avignon, les Papes firent appel aux vignobles de proximité pour leurs besoins. Jean XXII le deuxième des sept papes fit bâtir le château de Châteauneuf du Pape. Benoît XII le troisième lance la construction du Palais des Papes.

Les XVII et XVIIIèmes siècles marquent le progrès de la viticulture rhodanienne.

Au XVIIème siècle, la "Côte du Rhône" est le nom d'une circonscription administrative de la Viguerie d'Uzès (Gard) dont les vins sont réputés. Une réglementation intervient en 1650 pour protéger leur authenticité de provenance et garantir leur qualité.

Un Édit du Roi de France prescrit, en 1737, que tous les fûts destinés à la vente et au transport doivent être marqués au feu par les lettres "C.D.R.".
Ce n'est qu'au milieu du XIXème siècle que la Côte du Rhône devient les Côtes du Rhône en s'étendant aux vignobles situés sur la rive gauche du Rhône. Cette notoriété, acquise au fil des siècles, est validée par les Tribunaux de Grande Instance de Tournon et d'Uzès en 1936.

Au XXéme siècle dans les années 30 sous l'impulsion du Baron Le Roy - homme audacieux et visionnaire - cette notoriété s'accentuera et prendra forme en 1937 par la consécration de l'AOC - Appellation d'Origine Controlée - Côtes du Rhône.

L'A.O.C., c'est la reconnaissance d'une réalité et d'une tradition rassemblant plusieurs éléments : un ou plusieurs cépages, un terroir, un savoir-faire viti-vinicole.

Un organisme officiel national, l'I.N.A.O., fixe et contrôle les règles qui garantissent que les produits d'A.O.C. sont conformes aux critères de : production, délimitation parcellaire, cépages, méthodes culturales, récoltes, vinification.

Pour avoir le droit à l'A.O.C., un vin doit de plus être soumis obligatoirement à une analyse et à une dégustation qui contrôlent sa typicité et sa qualité.


Source : Inter Rhône


guillementVal de Loire
Algerguillement
mets

Accords mets et vins

Ou


Sondage

Sondage

Ou achetez-vous généralement votre vin ?





Résultats

Suivez-nous

Facebook Twitter RSS