Accueil
>
Actualité
> Languedoc: Un GIE pour attaquer le marché chinois

Languedoc: Un GIE pour attaquer le marché chinois

Publié le 05/02/2010


Languedoc: Un GIE pour attaquer le marché chinois


C’est pour se développer au pays du soleil levant que les vignerons ont choisi de mutualiser leurs moyens et de regrouper leurs compétences au sein d’un GIE (groupement d'intérêt économique). Un an après, les résultats sont encourageants face à un marché complexe à appréhender.

Créée en 2009, l’Alliance des celliers centenaires du Languedoc (ACCL) est une structure de groupement d’intérêt économique (GIE) composée de six caves indépendantes et d’une cave coopérative (voir encadré ci-contre) implantées dans le Languedoc. « Notre volonté était d’installer durablement nos vins sur le marché chinois chez les cavistes et les épiceries fines. Nous avons donc opté pour le GIE, qui permet à chaque membre de développer et d’élargir son portefeuille clients en proposant des volumes sur le marché chinois auparavant inaccessible aux domaines à titre individuel.

Face au paradoxe et à la complexité du modèle chinois, nous avons également décidé de nous associer à Xu et Nan Ping Gao, installés à Montpellier. Ces deux spécialistes de la Chine coordonnent et gèrent le GIE », souligne Régis Valentin, du Château de Lancyre, membre du groupement. Un an après, avec 150 000 cols commercialisés dont 50 % d’AOC, l’Alliance des celliers centenaires du Languedoc affiche des résultats plutôt encourageants. « Nous ferons vraiment le bilan dans trois ans, en 2012, date à laquelle nous pourrons évaluer si notre stratégie a porté ses fruits », ajoute Régis Valentin, prudent mais confiant.

article précédentLe Languedoc raconté
Le Printemps du Languedoc : c’est partiarticle suivant
mets

Accords mets et vins

Ou


Sondage

Sondage

Ou achetez-vous généralement votre vin ?





Résultats

Suivez-nous

Facebook Twitter RSS