Accueil
>
Actualité
> VIN BIO en 2010 : entre PROMOTION et ECONOMIE

VIN BIO en 2010 : entre PROMOTION et ECONOMIE

Publié le 19/02/2010


VIN BIO en 2010 : entre PROMOTION et ECONOMIE


Tout d’abord, il faut préciser que le vin bio est un« vin issu de raisins de l’agriculture biologique », la loi ne regardant aujourd’hui que le mode de production. La mention vin issu de raisins de l’agriculture biologique sur l’étiquette ne peut apparaître qu’après avoir observé les règles de l’agriculture bio durant au moins trois ans.

Aujourd'hui l’agriculture biologique connaît un véritable essor, et la demande s’accentue avec un marché de plus d’1,6 milliard d’euros. Et « notre » vin, n’a pas attendu pour prendre le créneau, s’accompagnant du constat des spécialistes, que les français consomment moins de vin…mais que cette consommation tend vers un aspect plus qualitatif.

On peut dire qu’à l’aube de 2010 les regards se dirigent vers l’addition entre QUALITE et BIO, et de façon justifiée. En effet, la valeur du marché des vins BIO en France s’élève à 254 millions d’euros. De quoi attirer toutes les convoitises. Par exemple dans le Languedoc Roussillon près de 10000 ha ont été convertis en production BIO (le double en 2012) sur un peu plus de 28000 ha BIO existant sur le territoire français.

Nos voisins, à l’image de l’Espagne, ne se sont pas attardés n’ont plus, provoquant une nouvelle concurrence. Attention, il ne faut pas croire qu’il s’agit de cupidité. Nous parlons aussi de philosophie, car certaines Bodega produisent depuis plus de 30 ans, comme nous démontre Joseph Maria Albet i Noya, privilégiant la qualité et raflant ainsi médaille sur médaille. Cela ne l’empêche pas de produire 1 millions de bouteilles par an, et d’exporter dans plus de 30 pays.

Nos français n’ont pas à rougir, à l’image de PONTET CANET, grand cru classé du Médoc qui, depuis quelques années, produit en BIODYNAMIE, et encore mieux, a pu démarrer la viticulture BIO en 2007. Le propriétaire Mr TESSERON et son directeur technique JEAN MICHEL COMME ont débuté la conversion en 2005. Ce dernier possède aussi un vignoble certifié Bio, petite pépite située dans le Médoc (Château CHAMP DES TREILLES à Ste-FOY-BORDEAUX), qui a permis d’expérimenter cette transformation. Les raisons sont simples : « la santé des consommateurs et de ceux qui produisent, ainsi que l’amélioration de la qualité finale du vin ».

Certains envisagent une future production BIO, comme LES DOMAINES DES 2 RUISSEAUX en Languedoc. Gilles SALIN-VALERY, de la famille propriétaire, explique qu’ils opèrent une transformation en plusieurs étapes. D’abord une refonte du domaine avec l’acquisition en fermage de parcelles, pour des cuvées haut de gammes suivit d’un nouveau chai, et enfin par la mise en place très prochainement d’un travail BIO. L’intérêt est de proposer aux cavistes et aux particuliers, sur un même vignoble, un savoir-faire à la fois unique et diversifié, tout en allant vers des vins rivalisant de façon gustative.

Les vignerons ne sont pas esseulés et plusieurs projets ont vu le jour ces dernières années.

Le choix stratégique de produire un vin BIO, de la part des vignerons, est aujourd’hui soutenu par des actions de mieux en mieux construites.

Par exemple, les syndicats de vignerons, comme celui des vignerons bio d’Aquitaine créé en 1995, afin de promouvoir les vins issus de raisins Bio. Il regroupe actuellement près de 80 vignerons Bio, présents dans tous les départements aquitains. Leurs missions sont : « la coordination des actions de reconnaissance de la viticulture biologique au sein de la profession viticole et auprès des diverses instances représentatives, la défense des intérêts des Vignerons Bio et la découverte et la promotion des vins issus de l’agriculture biologique autour d’actions de communication et de présence dans les salons professionnels » et à travers la création de salons ouverts au public, par exemple : le Marché Gourmand des vins BIO à Bordeaux.
Ils en existent pour chaque région de production.

D’autres évènements, de grande envergure, soutiennent cette promotion, tel que MILLESIME BIO 2010 à Montpellier, ou précédemment le Salon Vins Biologiques 2009 à Bordeaux.

Les différents acteurs s’accordent à dire que ces choix résultent d’un véritable parti pris sur l’aspect qualitatif de ces vins, et de l’impact sur le mode de consommation des amateurs présent et futur.

PRIMEURS-BORDEAUX.COM


A voir :

Château CHAMP DES TREILLES à Ste-FOY-BORDEAUX : http://www.primeurs-bordeaux.com/Vin-Nature/Vin-Bio-Certifie-champ-des-treilles-blanc-passion-2008.html

PONTET CANET :http://www.primeurs-bordeaux.com/chateau/Pontet-Canet.html

article précédentVinisud 2010 : le CIVL et Inter’Oc main dans la main
VitiLoire, Tours fête les vins les 29 et 30 mai 2010article suivant
mets

Accords mets et vins

Ou


Sondage

Sondage

Ou achetez-vous généralement votre vin ?





Résultats

Suivez-nous

Facebook Twitter RSS